Première finale européenne de la semaine placée sous le sceau de la Premier League. Une opposition entre Arsenal et Chelsea prometteuse mais également scandaleuse. Si une finale entre clubs du même pays a toujours une saveur particulière – même si c’est de plus en plus récurrent – cette opposition, à l’instar des dernières finales de C1 entre le Real Madrid et l’Atletico, met aux prises deux formations de la même ville. Des ambitions, des stars, un seul vainqueur. Dernier acte de cette édition 2019 de l’Europa League. 

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il semble pertinent d’ajouter quelques éléments sur la “hiérarchie” des rivalités à Londres. Celle opposant Blues et Gunners n’est, par exemple, pas la plus importante de la capitale comparée à celle entre les “Canonniers” et les Spurs. Cette rivalité s’est cependant considérablement intensifiée ces 15 dernières années dans le sillage du rachat de Chelsea par Abramovitch. Grâce aux investissements massifs de son nouveau propriétaire, le club est devenu rapidement une machine capable de briser l’hégémonie d’Arsenal sur la ville. Chelsea deviendra même le club numéro 1 de la ville, alignant les succès sur le plan national et européen (C1 en 2012 et C3 en 2013).

Au-delà du terrain ce sont aussi 2 conceptions du football qui sont opposées : le romantisme, l’amour du “beau jeu” et du développement prôné par Arsène Wenger et le pragmatisme, la recherche de l’efficacité clinique incarné par José Mourinho. Aujourd’hui le paysage londonien du football a une nouvelle fois évolué. Le rapport de force entre les 2 clubs s’est équilibré et l’émergence de Tottenham sous Harry Rednapp puis Mauricio Pochettino a aussi redistribué les cartes. C’est donc dans ce contexte que se présente cette finale d’Europa League à Baku. Une finale particulièrement équilibrée sur le papier mais où Chelsea se dégage légèrement en tant que favori.

Arsenal joue gros, Chelsea dans l’incertitude

Si Chelsea s’avance comme favori de la rencontre au vu de l’expérience et du nombre de titres gagnés par son effectif c’est paradoxalement Arsenal qui joue le plus gros. Cette finale en plus de pouvoir représenter le premier sacre européen du club dans son histoire, représente le dernier moyen pour se qualifier pour la prochaine édition de la Ligue des Champions. Un échec à ce stade de la compétition pourrait entraîné des répercutions inquiétantes au niveau économique et lors du mercato estival. Les Gunners pourront toutefois s’appuyer sur la difficulté de leur parcours (Naples, Valence) ainsi que sur les enseignements de leur victoire en janvier dernier face à Chelsea (2-0) pour prendre cette finale par le bon bout. Si la défense d’Arsenal inquiète, son duo d’attaque Lacazette-Aubameyang lui tourne à plein régime. Le Gabonais a fini la saison en trombe et s’est joint au duo africain de Liverpool en tête du classement des buteurs  avec 22 buts. De son côté, l’ancien lyonnais a fait une deuxième partie de saison pleine.

En face, il est difficile d’anticiper le visage qui sera offert par les hommes de Sarri. La patte du technicien italien si brillante à Naples n’a jamais vraiment pris à Londres, malgré un début de saison prometteur en terme de jeu et une possession de balle plus importante que les années précédentes. Ses convictions comme son 4-3-3 inamovible ont eu des conséquences sur le rendement de certains joueurs comme N’golo Kanté – obligé de jouer à un poste plus avancé pour conforter la recrue Jorginho. L’international français, pourrait d’ailleurs être l’absent de marque de cette finale après sa blessure au genou samedi dernier à l’entraînement. Son entraîneur a laissé planer le doute sur sa participation en conférence de presse. L’événement dans l’événement reste cependant le très probable dernier match du Belge Eden Hazard sous les couleurs des Blues. Après 7 ans de bons et loyaux service du côté de Stamford Bridge Le leader de 28 ans devrait tirer sa révérence ce soir. Si l’ancien Lillois regrette de ne pas avoir emmener Chelsea chercher une 2e C1, il aura cependant tout gagner à l’échelle nationale et acquis un véritable statut de légende à Londres.

Arsenal contre Chelsea. Olivier Giroud qui lorgne le titre de meilleur buteurs de la compétition (10 buts). Le potentiel dernier match d’Hazard avec les Blues ou encore le duo Lacazette-Aubameyang. Tous les éléments sont réunis pour vivre une belle finale européenne. Du moins, sur le terrain.


Le petit +

Le prono Sport’s House : Voir Arsenal triompher ce soir ne serait pas l’exploit du siècle. Entre l’expertise de son entraîneur dans la compétition (3x vainqueur avec le FC Séville) ou la qualité de son duo d’attaquants, les arguments ne manquent pas du côté des Gunners. Cependant, les faiblesses défensives pourraient être rédhibitoires. Les Blues plus expérimentés, avec un Hazard surmotivé et sans la pression liée à la C1 devrait finir par avoir le dernier mot. Victoire 2-1 de Chelsea.

Nicolas Herrmann

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.