L’histoire d’amour entre Dwyane Wade et Miami est éternelle…

Le dernier épisode de flash a été diffusé. A 37 ans et 16 saisons sur la chaîne NBA, Dwyane Wade a raccroché cette nuit son costume de super héros avec un triple double en prime (25 points, 11 rebonds, 10 passes). Une dernière ovation pour un personnage intemporel.

« Je pense que la bonne chose à faire, c’est de vous inviter à me joindre pour une dernière danse, une dernière saison. J’ai tout donné à ce sport, et j’en suis content. Je vais tout donner pour une dernière saison, tout ce que j’ai. »

C’est sur ces mots que Dwyane Wade a annoncé en septembre dernier qu’il mettrait un terme à sa carrière à la fin de la saison. Autant dire que la ligue avait déjà prévenu Kleenex pour lui fournir trois camions entiers. Surtout après l’aveu, à demi mot, il y a quelques semaines de Dirk Nowitzki de tirer sa révérence. D-Wade a terminé sa dernière danse ce 10 avril face aux Nets. La nuit précédente, il recevait un dernier hommage de l’American Airlines Arena de Miami. Pas pour le concert de Céline Dion, mais pour recevoir un dernier hommage de l’American Airlines Arena de Miami. Son Heat. Une vidéo récapitulative de sa carrière, des discours larmoyants, des cadeaux au public. L’émotion était garantie. Aujourd’hui, il met un point d’honneur à la finir de la meilleure des manières. Contrairement à certains, il n’a pas envie de faire la saison de trop, sachant pertinemment qu’il en a encore un peu sous le pied. La fin du chapitre, c’est lui qui l’a décidée. Louable de la part d’un joueur d’une telle classe. Coiffé au poteau pour la 8ème place qualificative, le héros de tout un peuple ne verra pas une dernière fois les Playoffs. S’il n’envisageait une telle fin, il termine sa carrière à l’American Airlines Arena avec 30 points, quittant ainsi parfaitement la cours des grands.

Flash : 16 saisons d’un héros aux super pouvoirs

Dwyane Wade est une légende incarnée. Acclamé à chaque entrée de jeu, il a entamé sa tournée d’adieu le 30 septembre à travers les franchises NBA. A l’instar de Vince Carter, 42 ans, Wade aurait très bien pu enchainer deux ou trois piges de plus. Véritable phénomène athlétique, le surnom de Flash est vite apparu dans la ligue. Trouvé par le Shaq lui même dès son arrivée à Miami en 2004, il fait bien entendu référence au super-héros de DC Comics allant à la vitesse de l’éclair. Supersonique, un temps de réaction qui lui fait voir les choses avant tout le monde, Dwyane Wade avait d’emblée toutes les qualités pour réussir en NBA et ravir le public. Ajoutez à cela un shoot et un mental d’acier et vous obtenez une légende.

Bien qu’il ait été difficile de trouver des vêtements ignifugés pour contenir la surchauffe de sa force véloce, D-Wade est de ces joueurs qui nous ont fait arrêter le temps pendant une carrière. Mais disposer de super pouvoirs n’est pas toujours une bénédiction. Des blessures récurrentes, notamment au genou, sont venues perturber sa carrière. Le gamin de Chicago a de nombreuses fois pensé à raccrocher. Le mental l’a toujours ramené à la raison. Cette envie de gagner des titres, de continuer à postériser la défense, de mettre le shoot de la gagne. Meilleur marqueur de la saison 2008-09 avec 30,2 points devant LeBron et Kobe m’sieurs dames, Wade a marqué de son empreinte l’histoire de la ligue américaine. Des « perfs » en pagaille. Ses 55 points le 12 avril 2009 contre les Knicks ou encore son record de 46 unités en Playoffs contre les Celtics le 25 avril 2010. Ainsi, il termine sa carrière à 22 points, 4,7 rebonds et 5,4 assists. 1054 matchs de saison, 177 de Playoffs.

Véritable phénomène athlétique, D-Wade ne s’est pas privé pour martyriser les cercles de toute la NBA.

Les saisons sont longues et aujourd’hui, l’envie est moins présente. Le corps fatigue. L’âge avançant, son jeu a évolué. Plus roublard, D-Wade utilise désormais ses minutes à bon escient, de façon intelligente. S’il a maintenant un rôle de mentor à Miami, à l’instar de Dirk Nowitzki, Wade affiche des statistiques autres, plus que correctes. Quand son corps lui permet, le Flash des grands soirs fait son apparition. Il prouve qu’à 37 ans, avec un physique fragile, il a encore sa place en NBA. Avec 14,4 points, 3,9 rebonds et 4,1 assists de moyenne, cette dernière saison affiche des chiffres en verve. Pour preuve, le 25 Novembre 2018, il inscrit encore 35 points à 13/22 face à Toronto. Mais ce qui fait les grands joueurs, c’est cette capacité à se transcender dans les moments importants, à jouer les vengeurs masqués dans le money time. Il a ainsi joué les héros en offrant la victoire aux siens face aux Warriors sur un buzzer beater venu de l’espace !  Puis en inscrivant 11 points dans le dernier quart (pour un total de 20 points, 9 rebonds et 5 passes) contre Washington le 23 mars dernier. Déjà que le gars avait un statut de légende, y’a quoi au dessus ? demi dieu ?

« Je sais que je peux jouer encore deux années de plus à un niveau solide, surtout dans mon rôle actuel. Je peux jouer encore deux, trois ans, sans aucun doute. Les gens autour de moi veulent que je continue à jouer. Mais j’ai pris la décision que cette saison était la dernière et je voulais partir de cette manière-là et sans avoir de regrets. »

Des débuts à Marquette aux trois titres NBA

En seulement 2 saisons, Dwyane Wade est devenu une légende.

L’aventure de Dwyane Wade à l’université de Marquette n’a duré que deux ans mais le futur joueur du Heat a laissé une empreinte indélébile, montrant déjà de ses aptitudes physiques et un fort scoring. Pourtant, tout n’a pas commencé de la meilleure des manière pour le jeune joueur originaire de l’Illinois puisqu’il n’intègre la fac que lors de la saison 2001-02, ratant son examen d’entrée l’année précédente. Une année à travailler son jeu et scouter les autres équipes. Il fait ses débuts le 17 novembre 2001 face à Loyola et inscrit 22 points, gobant 9 rebonds. Un grand joueur est né. Il le confirme lors de sa deuxième saison en tournant à 21,6 points, 6,3 rebonds, 4 passes, 2,1 interceptions et 1,2 contres. Grâce à leur futur super-héros, les Golden Eagles de Marquette se hissent jusqu’au Final Four NCAA. Le 29 mars 2003, il réalise la plus grande performance de l’histoire de l’école en marquant 29 points, prenant 11 rebonds et distribuant 11 assists, face à l’une des équipes les mieux classées du pays, Kentucky. S’il ne peut éviter la défaite (94-61), c’est la première fois que Marquette accède au dernier carré depuis 1977. Dwyane Wade est logiquement présent dans la All America first team. Meilleur joueur de l’histoire de l’école, son maillot est retiré le 3 février 2007. Place désormais à la grande ligue.

Son premier titre NBA, le plus beau…

Il se présente à la Draft 2003, l’une des plus prolifiques avec LeBron James, Carmelo Anthony et Chris Bosh (année également de notre frenchie Mickael Pietrus) où il ressort en 5ème position. Après une première année prometteuse avec 16,2 points, la saison 2004-05 va véritablement lui donner son élan, portant la marque à 24,1 points, 5,2 rebonds et 6,8 passes. Avec Shaquille O’Neal, les deux hommes portent la franchise mais la désillusion est cruelle en 2005. Ils perdent en finale de conférence face aux Pistons au bout des sept matchs. La revanche a lieu la saison suivante. Après une année avec 27,2 points de moyenne, 5,7 rebonds, 6,7 assists et 1,9 interceptions, le graal est à portée de main. Le Heat prend élimine les Pistons et affronte les Mavs de Nowitzki en finale NBA (première depuis la création de la franchise en 1988). Dallas mène déjà  2-0… Wade enfile alors son costume de Flash au match 3 : 42 points, 13 rebonds, la victoire  en poche. Il récidive au match 4 avec 36 points, puis 43 au Game 5. Sur un dernier chef d’œuvre à 36 points, il offre le premier titre de la franchise et partage le titre de MVP avec le Shaq. Longtemps dans l’ombre de LeBron et Carmelo, Wade montre à tout le monde qu’il est devenu à 24 ans une superstar, la bague au doigt en plus. Le plus beau de ses titres. Le Shaq part lors de la saison 2007-08 et Dwyane vit alors la pire saison de sa carrière (15-67). La suite, on la connaît. King James, The Decision, l’ère du Big three avec Bosh. L’avenir est radieux pour le nouveau trio de South Beach. Quatre finales en quatre ans, deux titres de plus en 2012 et 2013. D-Wade entre définitivement dans la légende. S’il rejoint son pote LeBron aux Cavaliers en 2017-18 après s’être essayé au Bulls, l’essai ne s’avère pas concluant. Sa maison, c’est Miami. C’est là qu’il veut finir sa carrière.

Dwyane Wade n’a pas eu la fin qu’il espérait, briller une dernière fois en Playoffs. Celui qui incarnait le Heat à lui tout seul laisse orphelin une franchise qui l’a fait monter sur le toit du monde. Après avoir fait danser ses adversaires pendant 16 saisons, Flash a réalisé sa dernière danse. L’adieu d’un champion.

Mathieu Berujeau

Total
19
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.