Rafa contre Roger, l’histoire d’une rivalité grandissante

Rafael Nadal et Roger Federer vont s’affronter pour la 39ème fois de leur carrière et quoi de mieux qu’une demi-finale de Roland-Garros ! Si sur terre battue l’Espagnol est intraitable avec le Suisse, il reste tout de même de l’espoir pour Roger, celui de battre enfin le Roi à Roland-Garros. Chose qu’il n’a jamais réussi à faire depuis le début de sa carrière…

On en rêvait, on en désirait et on nous l’avons : une demi-finale Federer-Nadal. Cette nouvelle édition de Roland-Garros restera à jamais comme celle des retrouvailles entre deux amis, deux joueurs, deux rivaux qui pendant plusieurs années, ont livré une bataille sur les courts du monde entier. On ne va pas mentir, au fond de nous, on aurait voulu les voir s’affronter en finale, avec un bref souvenir d’un certain juin 2011 où Nadal glanait un nouveau titre Porte d’Auteuil face à Roger. C’est que l’Espagnol est le maître des lieux, ici à Paris. En plus d’y fêter chaque année son anniversaire, Rafa en profite pour récupérer presque tous les ans le trophée… C’est dire s’il est un fidèle abonné du tournoi. Pour Roger, c’est un long retour aux affaires depuis son choix de mettre la terre battue entre parenthèses il y a 3 ans. En effet, le Suisse réalise son grand retour à Roland pour le plus grand bonheur de ses nombreux fans. Un retour qui fait du bien au tennis en général.

Pourquoi est-il si attendu que ça ? Tout simplement parce que ces deux joueurs qui ne se sont jamais lâchés de leur carrière, ont connu tous deux un trou d’air et des pépins physiques il y a quelques années. De les revoir aujourd’hui, fringants comme à leur début, se battre à nouveau pour une éventuelle couronne ici à Paris, c’est juste revigorant. Si Roger, avec toute sa malice et son jeu abouti, va tenter de détrôner le Roi de la terre battue et accéder à une énième finale en Grand Chelem, Rafa quant à lui tentera de rentrer un peu plus dans la légende en décrochant un 12 ème Roland Garros…

Des destins croisés…

Les deux étaient faits pour vivre à la même époque, pour se disputer pendant longtemps la majorité des tournois du circuit. En 2003, Roger Federer remportait son premier titre du Grand Chelem (Wimbledon), deux ans plus tard ce fut au tour de Rafael Nadal de décrocher son premier tournoi majeur et surtout son premier Roland Garros. S’en suit ensuite de nombreuses années d’affrontement. Si le Suisse domine les surfaces rapides, il reste un problème : la terre battue. Là où l’Espagnol est injouable à tous les niveaux. 2006, 2007 et 2008 verront Nadal dominer Roland et Federer, sans grandes difficultés. Le début d’une très longue rivalité entre les deux hommes. Il faudra attendre 2008 et cette finale emblématique à Wimbledon, disputée au meilleur des 5 sets, pour enfin voir le jeune Espagnol battre le Suisse, dans son temple. Un premier coup dur pour Roger qui se consolera avec l’US Open cette année-là.

Si l’arrivée grandissante de deux nouvelles têtes sur le circuit : Andy Murray et Novak Djokovic, redistribue un peu les cartes, il n’en reste pas moins pour autant que la rivalité entre les deux joueurs fait rage à cette époque. Chacun essaye de dominer l’autre, chacun cherche à faire flancher l’autre sur toutes les surfaces sans totalement y arriver. On se dit alors que le Suisse ne remportera jamais Roland Garros tant Nadal excelle sur terre battue et se montre très à l’aise face au jeu de Roger. Mais en 2009, à la surprise générale, l’Espagnol perd son premier match Porte d’Auteuil. Diminué, il tombe en 4 manches face au surprenant Robin Söderling. Le Suédois rendra les armes en finale face à Federer qui cette année-là décroche son premier Roland et rentre dans le panthéon des joueurs ayant remporté les 4 tournois du Grand Chelem. Si la victoire est belle, il reste tout de même un goût d’inachevé pour Roger. Celui de n’avoir jamais battu son grand rival sur la terre battue parisienne.

Et c’est peut-être la nouvelle quête du Suisse, celle qui l’a poussée à revenir à Roland après plusieurs années d’absence. Cette nouvelle motivation de battre à nouveau Rafael Nadal sur terre battue, 10 après l’avoir fait à Madrid en finale. Mais cette fois-ci, l’idylle serait de le faire ici à Paris, histoire de marquer au fer rouge, une bonne fois pour toute, cette grande rivalité qui nous aura bercée pendant près de 15 ans. Alors est-ce que Roger, à 37 ans, est capable d’aller chercher l’Espagnol sur sa surface de prédilection et surtout dans son jardin ? La question reste en suspens.

Les deux hommes ont commencé ensemble et finiront très certainement ensemble même si Nadal est un peu plus jeune. Les années passent inlassablement sans que rien n’ait réellement changé entre les deux joueurs devenus aujourd’hui de bons amis. Un 39ème affrontement entre les deux aura lieu ce vendredi, sur le court Philippe Chatrier. Un énième duel pour rentrer un peu plus dans la légende du tennis mondial…

Lucas C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.