S’il ne fallait en choisir qu’un seul, Monaco serait LE circuit de la F1.

Ce week-end se déroulait la 77ème édition du Grand Prix de Formule 1 de Monaco, marquant son 90ème anniversaire. Un circuit qu’il n’est plus utile de présenter tant il est mythique. Destiné à des profils techniques, chaque pilote rêve de remporter cette course unique en son genre, la seule en pleine ville. Une fois n’est pas coutume, Lewis Hamilton a remporté son 3ème GP monégasque, égalant ainsi Nico Rosberg, Jackie Stewart et Stirling Moss. Parti en pôle position, le Britannique a parfaitement maîtrisé sa course, longuement titillé par le pilote néerlandais Max Verstappen.

Juliette, en compagnie de son papa, ont cette même passion, l’automobile. Le circuit, la course et la compétition rythment les journées de la famille à travers la France. Grâce à leur association Pit Lane, ils peuvent s’adonner à leur passe-temps favori et apprendre les joies de la conduite sportive. Présente au légendaire circuit de Monaco le week-end dernier, la petite famille a mis les plats dans les grands pour s’inviter à cette prestigieuse course. Entre fascination et plaisir, c’est l’occasion pour Sport’s House de vous parler du Grand Prix de Monaco de l’intérieur. Comme si vous y étiez.

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Juliette, j’ai 19 ans et je suis étudiante dans une école de commerce spécialisée dans le sport (Event et management) à Bordeaux. Je suis fan de F1 depuis plusieurs années.

Peux-tu nous dire comment cette passion du sport automobile est-elle née ?

Alors c’est venu essentiellement grâce à mon père qui est fan de sport automobile. Il faisait déjà du karting avant ma naissance, il a fait quelques compétitions et a été jusqu’au championnat de France mais il n’a pas pu aller plus loin. Le sport automobile est tellement cher ! Mais il a toujours été passionné. Je suis devenue vraiment fan de sport automobile lorsqu’un ami d’enfance a commencé la course automobile dans les catégories inférieures à la F1 (F4, F3.5). Alors là, j’ai commencé à vraiment m’intéresser et aller sur les circuits et puis je regardais aussi la F1 avant mais la c’était devenu une réelle passion a tel point que j’espère pouvoir travailler plus tard dans ce sport.

Que ressens-tu quand tu assistes à une course ?

Je ressens beaucoup d’excitation et un peu de stress lors du départ, ou même pendant la course si mon favori n’est pas sûr de gagner ! Mais pendant tout un week-end de course, je suis excitée. J’ai envie de tout voir, de faire tout ce que la F1 nous propose (la fan zone, les autres courses automobile que ce soit les Porsche ou les Formule 2). Je suis très heureuse lorsque je vais sur une course, j’aimerais que ça ne s’arrête jamais.

Idéalement placée pour savourer le Grand Prix de Monaco, Juliette a eu le privilège de voir Lewis Hamilton lors des essais.

D’où l’envie d’associer profession et passion…

Je pars du principe que plus tard, je veux vivre de ce qu’il me plait donc j’ai une passion dans ma vie. Alors quand j’ai su qu’il y avait des diplômes qui permettaient de travailler dans le sport, j’ai tout de suite eu cet objectif de travailler plus tard dans le sport automobile et vivre de ma passion. En plus, on ne peut même pas imaginer le nombre de personnes qui sont derrière toutes ces mises en scène pour un Grand Prix ou une rencontre automobile. C’est vraiment mon objectif de travailler là dedans car je suis meilleure lorsque j’aime ce que je fais. Alors faire ça toute une vie, que demander de plus ?

Tu as une association dédiée aux joies du sport mécanique : peux-tu nous en parler ?

Oui bien sûr ! Alors, Pit Lane est une association que l’on a créée avec mon père. Nous partageons tous les deux cette passion du sport mécanique. Donc nous avons décidé d’acheter une voiture (une vieille Clio 2 RS) que l’on a retapé pour le circuit. Nous prenons du plaisir à aller sur plusieurs circuits et à piloter comme des pros ! Notre projet est de réaliser une saison complète en TTE FREE RACING pour chaque membre de l’association.

L’amour de la course automobile retranscrit dans une Clio 2 RS avec laquelle Juliette concourt pour Pit Lane.

Quel est ton rapport avec la F1 ?

La Formule 1 est le sport automobile pour lequel je suis passionnée. Alors je fais en sorte d’aller au moins à un grand prix par an et je n’en loupe jamais un à la télévision. Après, j’essaie chaque année de trouver une façon d’être encore plus proche de la F1, c’est à dire que j’essaie d’avoir des Pass pour les paddocks mais ce n’est pas évident. C’est un sport élitiste qui demande pas mal d’argent ou de connaissances. J’espère arriver à mes fins un jour mais j’y crois !

As-tu vu beaucoup de circuits du championnat du monde ?

J’ai vu les plus près de chez moi ! J’ai fait le Castellet, Spa Francorchamps, le circuit de Cataluña, et Monaco.

Quel est le circuit que tu as préféré ?

C’est Spa Francorchamps ! J’ai vraiment adoré aller voir un Grand Prix là bas, c’était un peu un rêve. Mais Monaco, j’ai vraiment adoré parce que j’étais vraiment proche de la magie de la F1. C’était la première fois que j’étais aussi proche. En plus, Monaco, on se sent directement proche dans le sens où c’est une petite ville. On fait trois pas dans la rue, on peut tomber sur des pilotes ou des commentateurs. Alors quand on est fan, c’est génial à vivre ! En plus, ça n’a pas été un Grand Prix ennuyeux, alors je mets Monaco top 1, Spa top 2, Castellet 3 et Barcelone 4.

Ici aux stands, Max Verstappen a écopé d’une pénalité durant la course.

C’était la 77ème édition à Monaco. Parle nous un peu de cette expérience incroyable.

Alors c’était là première fois que j’assistais à un Grand Prix pendant les quatre jours. D’habitude, je faisais juste trois jours voir deux parce que ça ne tombait pas pendant mes vacances. Ça a été un week-end très excitant du début à la fin, j’ai profité de la fan zone où j’ai pu voir pour la première fois celui dont je suis fan : Lewis Hamilton. Le soir même, j’ai d’ailleurs failli faire un constat avec lui sur le circuit de Monaco (rires), la magie de Monaco !

Tu étais placée où ? Comment as tu pu avoir ces places ?

J’étais placée pendant les quatre jours sur un balcon au dessus de la ligne de départ. C’est un ami de mon père qui a son bureau là bas. Et comme beaucoup de monégasques pour le Grand Prix, ils réorganisent leur locaux et cela devient comme une loge. On était environ entre 10 et 15 par jour dans l’appartement. Je pouvais suivre le Grand Prix en réalité et à la télé en même temps ! Que demander de plus ?  Les qualifs ont été super sympas à regarder ! Et le grand prix aussi avec quelques rebondissements. Genre, Charles Leclerc oublié par sa team lors des qualifs et quelques tentatives pour remonter le peloton dimanche mais contraint à l’abandon, chez lui, dans sa ville !!  Voilà j’ai passé un excellent week-end de grand prix !

C’était la première fois au Grand Prix de Monaco ?

Oui pour moi ! Mon père l’avait déjà fait plusieurs fois dans cet endroit mais moi jamais !

Concernant la course, Lewis Hamilton a remporté une 3ème victoire, qu’as-tu pensé de cette course ?

C’était une super course ! C’est dommage que la pluie ne soit pas arrivée ! Mais ça n’a pas été une course ennuyante, il y a eu quelques tentatives de dépassement de la part de Leclerc même si ça l’a contraint à l’abandon. Il a essaye des choses, ça faisait plaisir à voir ! Ensuite il y a eu la pénalité pour Verstappen qui a fait soit dit en passant une excellente course. Donc voilà, il y a eu de l’action et c’est ce qu’on aime ! Après il  y aurait pu en avoir un peu plus si la pluie était arrivée et si d autres personnes avaient tenté plus de dépassements mais ça a été sympa ! Il y avait une bonne rivalité Hamilton / Verstappen dans les derniers tours pour pimenter le tout donc j’ai passé un très bon moment ! Et puis Lewis Hamilton a gagné alors je ne peux pas être plus heureuse !! (rires).

Voir le beau Lewis entre les essais, ça n’a pas de prix.

Dernière question. Il paraît qu’une monospace pèse 740 kgs avec son pilote, penses-tu que celle de Lewis est à mille tonnes ?

(Elle explose de rire). Je suis une pro Mercedes donc  je répondrai toujours en les défendant, quoi qu’il arrive ! Ils sont meilleurs, ils ont trouvé le truc qui permet d’aller plus vite avec de très bons pilotes ! Même si un est meilleur que l’autre mais bon (rires). Mais pour répondre à la question, celle de Lewis Hamilton fait 740kgs avec le pilote dedans comme convenu (elle me fait un clin d’oeil) !

L’émotion est palpable et le bonheur d’avoir vécu cette course de l’intérieur se lit sur le visage de Juliette. Cette édition fut également empreinte d’un vibrant hommage à Niki Lauda, décédé le 20 mai dernier. L’occasion pour les pilotes de se transcender et les fans de se laisser porter dans une course toujours aussi unique. Pour sûr, Juliette sera présente la saison prochaine.

Mathieu Berujeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.