Après avoir refusé de se soumettre à un traitement pour réduire son taux de testostérone, Caster Semenya passe du 800m au 3000m. L’athlète sud-africaine va participer au meeting Prefontaine Classic 3000m, la septième étape de la Ligue de diamant, le 30 juin prochain à Stanford.

Caster Semenya refuse de se soumettre à la nouvelle réglementation de l’Association Internationale des Fédérations d’Athlétisme (IAAF). Depuis le 8 mai dernier, l’IAAF a mis en place une règle interdisant aux athlètes hyperandrogènes de concourir sur des distances du 400m sans se soumettre à un traitement. Ainsi, les athlètes qui présentent une différence de développement sexuel (DSD), comme Caster Semenya, doivent suivre un traitement pour faire baisser leur taux de testostérone élevé si elles veulent participer à une compétition internationale du 400m.

Farouche opposition de Caster Semenya

Caster Semenya refuse de se soumettre à cette nouvelle législation. Elle a été déboutée, le 1er mai dernier, par le Tribunal arbitral du sport (TAS) de son recours contre le règlement. Ce dernier est « discriminant mais une telle discrimination constitue un moyen nécessaire, raisonnable et proportionné d’atteindre le but recherché par l’IAAF, à savoir de préserver l’intégrité de l’athlétisme féminin dans le cadre de certaines disciplines » – avait justifié le TAS.

Une compétition de haut niveau

En attendant de pouvoir de nouveau courir sur 800m, la sportive de haut niveau monte sur des distances où elle a le droit de concourir sans prendre de traitement, à l’instar du 3000m. Ainsi, elle s’est inscrit au meeting Prefontaine Classic 3000m, la septième étape de la Ligue de Diamant. Organisée tous les ans, cette compétition d’athlétisme est exceptionnellement délocalisée à Stanford (Californie). En effet, le Hayward Field d’Eugene (Oregon), qui accueille traditionnellement la compétition, est en rénovation dans le cadre des Mondiaux d’athlétisme de 2021.

Le 30 juin prochain, Caster Semenya sera donc en compétition avec Genzebe Dibaba – recordwoman du monde du 1500m – d’Almaz Ayana – championne olympique du 10000m en 2016 – et d’Hellen Obiri – championne du monde du 5000m en 2017. La double championne olympique du 800m a cependant prévenu : “Je peux faire beaucoup de courses, ma palette est large, mais ma course c’est le 800 m, et j’en ferai jusqu’à la fin”.


Le petit +

L’athlète sud-africaine a notamment été soutenu par Dutee Chand, la première femme indienne à faire son coming-out.

Victoire Panouillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.