Tony Paker de profil
Après une carrière de 18 ans en NBA, Tony Parker s’est trouvé un nouvel objectif.

« C’est avec une grande émotion que je mets un terme à ma carrière. J’ai beaucoup travaillé, énormément reçu, c’était une aventure incroyable ! Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais pensé vivre ces moments exceptionnels en équipe de France et en NBA. Merci ! »

Ce sont sur ces mots que tu as entamé un nouveau chapitre de ta vie. Il y a un mois, tu décidais de te retirer des parquets afin de te consacrer à une nouvelle carrière de businessman. Un choc ! Tu as passé vingt ans de ta vie à rendre fou les défenseurs de la planète et émerveiller les amoureux de la balle orange. 18 piges en NBA et 4 titres, 181 sélections en Equipe de France et un titre de Champion d’Europe. A 37 ans, tu es devenu le meilleur joueur de l’histoire du basket français. Aujourd’hui, si le trio magique des Spurs que tu formais avec Ginobili et Duncan n’est plus, les Bleus sont orphelins de leur plus grand représentant.

La voie vers le rêve américain

Tony Parker PSG Racing
TP n’a joué que deux ans en France avant d’aller aux Spurs.

Après deux ans passés en Pro A au PSG Racing et un talent hors norme, tu as décidé de vivre le rêve américain. La grande ligue te tendait les bras. Il ne faut pas minimiser l’impact que tu as eu en France et à travers l’Europe. Tu as ouvert la voie à beaucoup de jeunes basketteurs, leur montrant que la NBA n’était pas seulement un rêve de gosse. Tu en es la preuve vivante ! Un pont entre les Etats-Unis et la France et l’Europe s’est créé. Une ouverture au monde phénoménale, bien plus dense qu’auparavant où les Européens n’avaient pas encore une grande place.

Meneur de jeu très rapide et habile, doté d’une intelligence de jeu supérieure à la normale, tu as apporté cette petite touche européenne à un jeu NBA tout en muscle et tellement stéréotypée. Adepte de la pénétration et du mid range, tu as progressé jour après jour auprès de grands joueurs. Malgré tes capacités exceptionnelles, nombreux sont ceux qui ne réalisaient pas à quel point tu allais changer la face du basket et faire parti des légendes.

Le 1er Français champion NBA

Le grand saut. Drafté en 28ème position en 2001 et malgré des essais ratés en arrivant au Spurs,tu as créé avec Gregg Popovich une relation unique, consolidée aujourd’hui par 17 saisons sous ses ordres. Ta seconde chance fut la bonne. A force de courage et d’abnégation, tu as réussi à te faire une place au sein de la ligue.

En 2003, tu deviens Champion NBA pour la première fois de ta carrière. S’en suivront de nombreux succès qui feront peu à peu ta renommée : 2005, 2007 (où tu seras élu MVP des Finals avec 24,5 points de moyenne), ponctués par un dernier titre en 2014.

A l’été 2018, tu rejoins Charlotte et ton pote en Equipe de France Nico Batum. Le succès n’est cette fois pas au rendez-vous.
Arrivé par la petite porte en 2001, tu es sorti par l’entrée des artistes avec le tapis rouge. Les adieux déchirants à ta ville d’adoption, qui t’a apporté tant de gloire, tant d’émotion et de reconnaissance. Jamais tu n’aurais imaginé à quel point tu allais marquer la NBA de ton empreinte. Tu es celui qui a porté le drapeau français et l’a hissé tout en haut du basket américain, créant pas la même occasion de nombreuses vocations. Un exemple !

Le visage de l’Equipe de France

Tu as succédé aux Dubuisson, Dacoury, Rigaudeau et autres gloires de l’époque. Avant ton arrivée, le meilleur résultat des Bleus en compétition internationale était une médaille d’argent aux JO de Sydney en 2000. Cette année là, tu remportais l’Euro Junior en Croatie. C’était le début de la génération Parker. Avec tes potes Boris Diaw, Mickaël Pietrus ou encore Ronny Turiaf, tu intégrais par la suite l’Equipe A et faisais tes classes derrière Lolo Sciarra.

La suite, on la connaît. Le bronze en 2005 aux Championnats d’Europe en Serbie et Montenegro et l’argent en 2011 contre l’Espagne. La consécration arrivait en 2013 où tu portais ton Equipe de France jusqu’au sommet. The icing on the cake, le titre de MVP du tournoi ainsi que celui de meilleur marqueur.

Tony Parker maillot Equipe de France
Parker a porté la France jusqu’au titre de Champion d’Europe 2013.

Tiens, reparlons de ton ennemi intime. Cette demi-finale épique et ton coup de gueule légendaire qui a remotivé les troupes à la mi-temps. Un des moments les plus forts de ta carrière en Bleu. Tu obtenais une dernière médaille de bronze à l’Euro 2015, en France, défait par l’Espagne aux portes de la finale. Avant de tirer ta révérence après les Jeux Olympiques de Rio et un dernier revers face à ton adversaire ibérique.

Meilleur marqueur et passeur de l’histoire de l’Euro (224 passes), tu as été depuis devancé au nombre de points par ton ancien coéquipier aux Spurs Pau Gasol. Après 181 sélections et 2741 points (4ème meilleur marqueur en Bleu), tu tirais ta révérence et te consacrais à ta carrière NBA.

Le business man

Tony Parker ASVEL
Le président de l’ASVEL entend bien hisser son club sur les sommets de l’Europe.

Il y a maintenant 15 ans, tu as entamé une reconversion en tant que dirigeant, tout en menant ta carrière NBA. Tu as d’abord investi dans ton ancien club devenu le Paris Basket Racing en 2004 avant de revendre tes parts un an après.

Tu as peu à peu aiguisé ton instinct de businessman, où le côté marketing a maintenant pris la place du jeu. En 2009, tu es devenu vice Président de l’ASVEL avant d’en devenir le président en 2014. Club le plus titré de France, il est devenu champion pour la 19ème fois de son histoire le 25 juin dernier. Devenue Lyon ASVEL féminin (Lyon Basket et Lyon Basket Féminin auparavant) en 2017, l’équipe féminine a également été sacrée championne de France cette saison. Que rêver de mieux pour un président ?

Un chapitre se referme, un autre s’est ouvert. Tu es parti vivre la grande aventure aux Etats-Unis, tu en es revenu en légende. Avec l’ouverture de la Tony Parker Adequat Academy. Tu montres une fois de plus que tu as un grand rôle dans le basket français.  Une seconde vie pleine d’ambition et de succès. Un dernier rêve, être un jour propriétaire NBA. A en croire tes dires, c’est en bonne voie.

Mathieu Berujeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.