Samedi soir, l’Equipe de France disputera un match de qualification pour l’Euro 2020 face à l’Albanie. Un match auquel ne participera pas Ousmane Dembélé. Blessé, le virevoltant ailier ne fait pas partie des 23 appelés par Didier Deschamps. Mais le fait est que Dembélé n’est pas non plus un élément indispensable de cette Équipe de France. Ni à Barcelone. Pétri de talent, le Français peine à s’imposer au sein de l’escouade catalane. Et à confirmer tout son potentiel. Pour quelles raisons ?

Une hygiène de vie déplorable ?

Depuis son arrivée en Catalogne il y a 2 saisons, le Français divise. Inconstant sur la pelouse, Dembélé est aussi vivement critiqué pour sa conduite hors des terrains. Loin de faire la une des faits divers en Espagne, l’ancien de Rennes est cependant parfois considéré comme ne remplissant pas les exigences du plus haut niveau. Entre autres lui sont reprochés une alimentation parfois douteuse, des retards à l’entraînement ou encore une immaturité qui le pousse parfois à ne pas respecter ses plages de repos.

Bien sûr, tous ces éléments ne sont pas susceptibles de mettre à mal un joueur lorsque celui-ci est performant sur le pré. Y compris au Barça. Mais tous ces aspects de la vie du Français auraient un impact sur les blessures dont il souffre à répétition depuis 2 saisons. Car celles-ci sont toutes d’ordre musculaire. On peut y voir un lien certain. Toutefois, ces critiques qui reviennent sans cesse sont à atténuer. Oui, Dembélé fait parfois des écarts. Mais depuis Novembre dernier, on peut noter une réelle amélioration sur ces différents points. Un peu plus impliqué, l’ancien joueur du BVB travaille plus durement. Et cela s’est perçu lors d’un mois de Janvier où il fut extrêmement performant. Mais de nouvelles blessures musculaires sont venues mettre un frein à son élan.

Surtout, il faut rappeler que Dembélé n’a jamais été un joueur à problèmes. Hormis le micro-épisode de grève lors de son passage au BVB, anciens entraîneurs et coéquipiers sont unanimes : Dembélé est loin de ce que l’on entend du côté de Barcelone. Laurent Huard, ancien coach de la CFA2 du Stade Rennais, le décrit même comme « un jeune bien organisé. C’était quelqu’un de très calme dans sa vie, quand il n’était pas au foot il restait chez lui tranquille la plupart du temps. Il avait déjà un rythme de vie très professionnel, très cadré : l’école, les entraînements, la maison, c’était sa routine. »

laurent huard Dembélé
Laurent Huard, adjoint de l’ASSE, fait partie des entraîneurs ayant le plus côtoyé Ousmane Dembélé

Bien sûr, Ousmane Dembélé est loin d’avoir une hygiène de vie irréprochable. Mais il est aussi loin de connaitre les déboires décrits presque chaque semaine par la presse. Surtout, ses blessures d’ordre musculaires et qui sont renvoyées à une hygiène de vie instable masquent l’essentiel… Lorsqu’il est sur le terrain, Dembélé est très loin de confirmer toutes les attentes. Et ce, pour plusieurs raisons…

Un schéma tactique et un jeu complexe

En effet, en dépit des critiques qui s’abattent sur le joueur de 22 ans, son arrivée en provenance de Dortmund en 2017 s’est heurtée à de nombreux facteurs qui lui sont extérieurs. Avec la lourde tâche de remplacer Neymar, parti au PSG, le Français âgé d’à peine 20 ans avait toute la pression du monde sur ses épaules. Difficile pour quelqu’un qui venait de quitter la France l’année précédente.

N’oublions pas également qu’il est arrivé au sein d’un effectif particulier. Le FC Barcelone n’est en effet pas un club comme les autres. En Catalogne, il est extrêmement rare de voir les grosses stars quitter le navire avant d’être devenus inutiles pour l’équipe. Le Barça n’est pas un club vendeur. La conséquence, c’est qu’il est très difficile de s’intégrer au sein d’un groupe qui se connait peu ou prou depuis des années, voire bien plus. C’est le cas du noyau dur du Barça, constitué de Piqué, Messi, Alba, Busquets ou encore Luis Suarez.

Mais au-delà de quelconques considérations humaines, la réalité du terrain impacte aussi sur le rendement de Dembélé. Depuis des années, le FC Barcelone est en proie à une profonde crise d’identité. Sous Valverde, le Barça a enchainé les cataclysmes. Sans âme, il n’est plus que l’ombre de la grande équipe qui a dominé l’Europe pendant longtemps. Bien sûr, ses joueurs d’exception lui permettent de surnager par moments. Mais jamais de dominer pleinement des rencontres avec son ADN, son style de jeu si caractéristique.

Ainsi, dans un fouillis tactique grandiloquent, il est difficile pour les nouveaux venus de se familiariser avec un jeu aux intentions parfois contradictoires, entre un Messi qui sent le jeu sous sa forme la plus pure ou un Rakitic qui est terrifié à l’idée de ne serait-ce qu’essayer de porter le ballon vers l’avant. À vrai dire, les joueurs possédant le bagage à la fois technique mais aussi intellectuel pour s’adapter à tout ce marasme sont très peu nombreux. Et Dembélé, pour le moment, n’en fait pas partie.

Souvent sauvés par le génie de Lionel Messi, les Barcelonais peinent parfois à être complémentaires

Ajoutons à cela sa position sur le terrain. Face à l’inamovible Lionel Messi, Ousmane Dembélé doit se résoudre à jouer à gauche de l’attaque dans le 4-3-3 catalan. Et ce, même si l’Argentin est en réalité un électron libre qui est davantage dans le cœur du jeu que sur le côté. En tout cas, le fait que Dembélé puisse jouer des deux pieds permet cela puisqu’il est capable, aussi bien à droite qu’à gauche, de rentrer vers l’axe, caractéristique des ailiers du Barça.

Mais en dépit de ce que l’on entend partout, Dembélé n’est pas un ailier gauche. Ses qualités d’explosivité mais aussi la plupart de ses repères se trouvent sur l’aile droite. Evidemment, nul doute que sans ses blessures récurrentes, il aurait eu le temps de s’accommoder à ce poste. Mais en attendant, jouer sur l’aile gauche au Barça sans être Neymar est infiniment plus complexe que dans d’autres clubs. Pourquoi ? Parce que dans un 4-3-3 à volonté offensive, l’ailier fonctionne de paire avec son arrière. Il doit être capable de comprendre son jeu, de compenser les espaces qu’il laisse et de combiner avec lui. Alaba et Ribery l’avaient parfaitement compris au Bayern. Comme Ronaldo et Marcelo au Real.

Mais au Barça, Dembélé n’a pour le moment pas les moyens pour jouer sans crainte aux côtés d’un Alba à l’activité débordante. Le manque de coffre du Français, ainsi que sa mauvaise compréhension du jeu catalan (qui n’est pas entièrement de sa faute) l’empêchent de briller.

Et puis, le jeu du Barça demeure un jeu qui clame la patience balle au pied. Souvent stérile ces 2 dernières saisons, cette possession demeure tout de même un style qui ne correspond pas aux qualités naturelles d’Ousmane Dembélé. Son explosivité, sa vitesse et sa qualité en un contre un ne valent pas grand-chose dans ce schéma s’il n’est pas capable de prendre les espaces au bon moment, d’anticiper le jeu et de jouer rapidement en quelques touches de balle pour ne pas ralentir le jeu. Son incapacité à comprendre les consignes tactiques parfois floues de Valverde doivent aussi entre en considération. Car le Barça est d’un point de vue tactique loin du degré de perfection qu’on lui a connu il y a quelques années.

La suite ?

Cependant, tous ces éléments n’entraînent pas nécessairement l’échec de Dembélé au Barça. En effet, le Français a les capacités pour s’adapter au mieux au contexte environnant. Il doit même en être persuadé à la vue de sa volonté farouche de réussir dans le club catalan.

Le départ de Coutinho, en prêt, au Bayern, ainsi que l’arrivée de Griezmann ne changent rien à sa situation. Toujours 4ème attaquant dans la hiérarchie, il ne tient cependant qu’à lui que cette nouvelle saison ne soit pas une mimique de celle précédente. Car contrairement à celle-ci, Dembélé n’est plus en concurrence directe avec un ailier. En effet, bien que Valverde s’entête à le faire jouer de cette façon, Antoine Griezmann est un joueur d’axe. Dans cette perspective, il est difficile de croire que Dembélé ne puisse pas être le titulaire à ce poste. Cela est d’ailleurs d’autant plus vrai que Luis Suarez, attaquant attitré, peine depuis 2 ans. De quoi permettre à l’ancien joueur de l’Atletico de jouer sa place dans l’axe.

Ainsi, Dembélé disposera du temps de jeu nécessaire pour progresser. Et acquérir des repères qui continuent de lui manquer cruellement. Mais même avec cela, il faudra pour Dembélé passer un cap dès cette saison. Après 2 saisons passées en dilettante du côté de la Catalogne, le Français a épuisé tous ses jokers.

Aussi, en cas de mauvaise saison, Dembélé verra toujours le spectre de Neymar planer au-dessus de sa tête. L’agitation provoquée par le Brésilien durant ce mercato ramènera inévitablement des comparaisons entre ce que fait Dembélé et ce que le Brésilien aurait pu faire s’il était revenu dans le club qui l’a vu devenir l’un des meilleurs joueurs du monde. Neymar et Dembélé sont deux joueurs extrêmement différents. Mais il n’empêche que l’ex-joueur du Stade Rennais est perçu comme le successeur du Brésilien. Une pression immense pèse ainsi sur ses épaules. Et pour y répondre, il devra gommer les déchets qui continuent d’exister, à la fois dans son jeu, mais aussi dans sa vie.

Image associée
Adoubé par Lionel Messi, Dembélé devra répondre présent cette saison

S’il échoue, il demeurera un gâchis à la manière d’anciens grands espoirs français et mondiaux dont la liste est longue. Mais s’il parvient à se faire à la philosophie de l’équipe, alors il aura accompli le plus grand défi de sa carrière. Et sera devenu l’un des tous meilleurs à son poste. Sa chance est qu’il est l’un des rares joueurs au monde à être capable de se montrer à la hauteur de tous ces défis. Et à pouvoir être un partenaire de choix pour Messi. Quoi qu’il en soit, cette saison s’annonce décisive quant à la suite de son histoire avec Barcelone. Et avec l’Équipe de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.