C’est une finale inédite entre les Raptors et les Warriors.

Nous y sommes. Après sept mois de saison régulière et deux mois de Playoffs intenses. Toronto s’est qualifié pour la première finale de son histoire, rejoignant ainsi Golden State. Les Raptors auront fort à faire face au double tenant du titre et ce dernier va devoir assumer son rang de favori. Examen des forces en présence.

Les Raptors en parfait outsiders

Second de la Conférence Est (58-24) derrière les Milwaukee Bucks (60-22), les Toronto Raptors ont ainsi réalisé le second bilan de la ligue au nez et à la barbe des Golden State Warriors. La franchise canadienne savait qu’en étant sérieuse, elle retrouverait le Greek Freak en finale de conférence. Le minimum pour les hommes de Nick Nurse. Aujourd’hui, Toronto est en finale NBA et entend bien faire entendre sa voix.

« We The North ! » Le Nord de l’Amérique est prêt à la grande bataille finale.

Que ce soit au premier tour face au Magic d’Orlando, au second face aux Philadelphie Sixers ou en finale de conférence face aux impressionnants Bucks de Milwaukee de Giannis Antetokounpo, le constat est le même. Toronto a toujours eu du mal dans les premiers matchs en se faisant devancer dans la série. Malgré cela, ils ont à chaque fois réussi à inverser la vapeur. Peut en témoigner leur come-back face aux Bucks en remportant la série 4-2 après avoir été menés 2-0. Les Raptors semblent avoir appris de leurs erreurs passées et ont su montrer un mental d’acier afin d’accéder aux “Finals”. Emmenés par un Kawhi Leonard en feu, malgré une légère blessure contractée au Game 1, les Raptors peuvent convenablement espérer quelque chose dans cet ultime affrontement et ainsi créer la surprise en battant les champions californiens.

Kawhi Leonard n’est pas la plus médiatique des stars de la NBA, mais sur le terrain, on peut dire qu’on ne voit que lui. Même s’il n’a joué que 60 matchs de saison régulière, c’est en Playoffs qu’il a une nouvelle fois montré tout son talent. Déjà champion en 2014 avec San Antonio et élu meilleur joueur des Finals, il est en passe de récidiver cet exploit. Déjà héros lors du dernier match des séries contre Philadelphie avec un shoot au buzzer qui restera dans les annales, il lui reste encore à gravir la montagne Warriors afin de définitivement devenir le roi de Toronto. Avec l’avantage du terrain, le Raptors auront à cœur de faire vibrer la Scotiabank Arena. Rendez-vous le 30 mai à 3h pour le premier match des Finals.

Kawhi Leonard a réussi le shoot le plus clutch de l’histoire de la franchise de Toronto face aux Sixers.

Les Warriors en mode Diesel

Le double tenant du titre a terminé 1er de la conférence Ouest à l’issu de la phase régulière (57-25), coiffant la séduisante équipe de Denver sur le dernier mois. Depuis, les Warriors ont fait leur petit bonhomme de chemin durant ces Playoffs. Sans systématiquement écraser la concurrence mais en faisant du Warriors : sachant accélérer et gagner au bon moment. Au final, Curry et sa bande ont lâché 4 matchs en tout et pour tout. Oubliés les coups de sang au sein de la team, les Splash Brothers sont à nouveau en finale NBA. Pour l’histoire.

Si Curry est on fire, les Raptors ont remporté les deux matchs de saison régulière.

Si la surprenante team des Clippers a offert une belle résistance en prenant le Game 2 et le Game 5 à l’Oracle Arena, Golden State a réussi à sortir les doigts quand il le fallait pour s’imposer 4-2. Un premier tour de chauffe sans grande conséquence, le temps de bien se rappeler les objectifs. Lors des demi-finales de conférence, les Warriors affrontaient les Rockets dans ce qui annonçait une finale avant l’heure, Houston ayant pris la décevante 4ème place à l’Ouest. Après s’être facilement débarrassé du Jazz, Harden et sa team ont tout simplement joué les fesses serrées la série. Même si Golden State reste la bête noire de… tout le monde à vrai dire, les Rockets ont décidément un sacré complexe avec le champion. 4-2 : le tarif est respecté, le favori également. Pour l’occasion, Kevin Durant s’est montré intenable mais s’est malheureusement claqué le mollet dans le Game 5 (36 points de moyenne sur les 4 premiers matchs). Curry est sorti de sa boite pour guider son équipe, comme il l’avait fait durant ces quatre dernières saisons.

Blessé au Game 5 contre Houston, Kevin Durant manquera d’hors et déjà le Game 1.

Montant en puissance, The Bay n’a pas fait de détail contre Portland. 4-0, un sweep des familles. Après les performances de McCollum et Lillard face aux Nuggets, les Warriors ont asphyxié des Blazers fatigués de leur série mais aussi manquant cruellement d’expérience à ce niveau de compétition. Les Warriors sont en mission. Fini la rigolade, les Clippers ont eu le mérite d’affronter une équipe de Golden State en rodage. Les Rockets ont réalisé le gros flop de ces Playoffs et les Blazers, même sans Nurkic, ne pouvait espérer mieux face à une équipe déjà légendaire. Désormais, les hommes de Steve Kerr retrouvent les Finals et ce qu’ils font de mieux, jouer le titre.

Golden State en route pour le threepeat / Toronto pour une première

Bon, qu’est-ce qu’on fait ? On vous dit tout de suite qu’il y a risque de boucherie ou vous voulez entendre que Toronto à une carte à jouer ? A vrai dire, les deux mon colonel. Golden State est déjà annoncé gagnant par les bookmakers et les fans mais Toronto a montré de belles choses et a fait preuve d’abnégation tout le long des Playoffs.

  • Dans le premier scénario : Golden State va être champion NBA. Oui c’est bien beau mais la question est « quand » ? 4-1 ? 4-2 ? un probable 4-0 ?L’armada californienne, la folie de l’Oracle Arena en finale, la science de jeu de Steve Kerr… Tous les ingrédients sont réunis pour une belle fête du côté d’Oakland. Steph Curry est en grande forme et n’attend plus que d’être nourri de viande de Raptor. Klay Thompson est plus clutch que jamais et K.D fera probablement son retour durant la série. N’oublions pas que Toronto s’attaque à une équipe déjà légendaire, bâtie pour gagner et remporter des titres. Golden State n’en est pas à sa première finale. Toronto fait donc face à l’ogre et rarement une équipe est parvenue à inverser la tendance. Les Warriors ont soif de sang, le rouleau compresseur est déjà activé. D’autant plus que DeMarcus Cousins a repris l’entrainement avec contact la semaine dernière et Andre Iguodala devrait jouer le Game 1.
Les bookmakers vont sûrement changer les pronostics après cette photo.
  • Oui mais. Les californiens sont en repos depuis le 20 mai et se sont peut-être même un peu trop reposés. La franchise canadienne, elle, est dans le rythme. Si Toronto ne peut espérer taper Golden State en 4 ou 5 matchs, il a un rôle à jouer.Avec 31,2 points et 8,8 rebonds de moyenne  sur les playoffs, Kawhi Leonard a sauvé les Raptors de l’extinction. il est le maître à penser de Toronto. N’en déplaise à Drake. Il a déjà été champion en 2014 et connaît donc bien les Finals. Siakam est un bon lieutenant et également un excellent défenseur. Le point fort de l’équipe, sa défense rude. Pour sûr, la série va permettre à Draymond Green et Serge Ibaka d’ouvrir grand leur bouche. Si Toronto a un effectif bien fourni, gare à ne pas trop se reposer comme souvent sur Leonard. Comme Cleveland l’avait fait avec LeBron. Durant, étant blessé, Toronto pourrait en profiter. Il tournait à 34,2 points de moyenne à 51% au shoot (et 42% à 3 points). Pour le moment, son retour n’est pas  prévu pour le Game 1. Une aubaine pour Toronto ?

-> Golden State Warriors

Les + 

Le collectif rodé / la folie du 3ème quart-temps / La magie et l’expérience des Finals.

Les –

Euuuuh, la trop grosse confiance ? La blessure de K.D ? / L’association Curry-Durant. L’un ne peut briller tant que l’autre étincelle. Comme Harry Potter et Voldemort, le génie et le mal aimé, le premier est à 30 victoires et 1 défaite quand le second ne joue pas.

-> Toronto Raptors

 Les +

La défense hardcore / Le facteur Kawhi Leonard qui connaît les Finals / Une équipe qui joue 48 min / L’avantage du terrain.

Les –

Regarder jouer Kawhi Leonard / L’inexpérience des Finals en tant qu’équipe / Affronter les Warriors

Ces NBA Finals 2019 s’avèrent inédites. L’attente de part et d’autre est grande : l’un pour réaliser le threepeat, l’autre pour permettre à la franchise et le Canada son premier titre. Si les pronostiques jouent clairement en la faveur des Warriors, il faudra compter sur Toronto et le Jurassic Park pour enflammer ces Finals afin de mettre des bâtons dans la machine bien huilée des Warriors.

Benoit Etronnier / Mathieu Berujeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.