Le Championnat de France de cyclisme a livré son verdict. Après quatre jours de compétition, les maillots tricolores ont été décernés. L’étouffante chaleur n’a pas empêché d’assister à de belles courses de vélo. Avec en point d’orgue la victoire de Warren Barguil dimanche. Retour sur un week-end bleu-blanc-rouge.

Eraud et Thomas déjouent les pronostics sur le contre-la-montre

Il ne faisait pas bon être favori jeudi sur les épreuves chronométrées du Championnat de France. Disputées sous un soleil de plomb, ces deux contre-la-montre ont accouché de belles surprises. Chez les dames, Séverine Eraud a profité de la crevaison d’Audrey Cordon, quadruple tenante du titre et grandissime favorite, pour s’imposer avec une marge de 25 secondes. Du côté des hommes, la donne était différente puisque l’on savait que Pierre Latour, double tenant du titre, était loin de sa forme optimale après une opération du poignet gauche en début de saison. Le maillot blanc du dernier Tour de France n’a pu faire mieux qu’une 14ème place, très loin du surprenant Benjamin Thomas. Le pensionnaire de l’équipe Groupama-FDJ a survolé ce championnat, s’imposant avec plus d’une minute d’avance sur son dauphin, Stéphane Rossetto.

Jade Wiel, le vent de fraîcheur

Samedi avait lieu la course “Elite” chez les femmes. Celle-ci a été marquée par l’omniprésence de l’équipe FDJ, dans tous les bons coups. Sortie à 40 kilomètres de l’arrivée avec une coéquipière, Jade Wiel a vu deux coureuses revenir sur elle aux abords des derniers kilomètres. Aude Biannic, la vainqueure sortante, et Victorie Guilman, encore une FDJ. Dans un sprint à trois, la tenante du titre n’a rien pu faire face à Wiel et Guilman. À 19 ans, Jade Wiel a concrétisé le travail de son équipe (4 filles dans le top 6) et portera le maillot de championne de France tout au long de l’année. 

Jade Wiel sacrée championne de France à 19 ans.

Le retour au sommet de Warren Barguil

Avant la course, on se demandait qui des sprinteurs ou des puncheurs l’emporteraient. Au final, c’est un grimpeur qui a triomphé. Présent dans une échappée de 37 coureurs formée à plus de 110 kilomètres de l’arrivée, Warren Barguil a pu compter sur la présence de plusieurs coéquipiers pour en garder sous la pédale et se porter à l’attaque dans le final. Si Valentin Madouas a tenté sa chance à 10 kilomètres de la ligne, il n’a pas réussi à faire le trou et est resté à une portée de fusil de ses poursuivants. Dans le dernier faux-plat montant, Barguil est passé à l’offensive. Alors qu’il semblait s’envoler vers la victoire, le Breton s’est finalement relevé, les jambes dures. Guillaume Martin a alors contré sous la flamme rouge. Derrière, ce sont les deux coureurs Cofidis, Damien Touzé et Julien Simon qui ont pris les choses en main. Dans un sprint à 7, les deux coéquipiers se sont finalement fait coiffer sur la ligne par Warren Barguil, revenu de nulle part. Une très belle revanche et un soulagement pour le coureur d’Arkéa-Samsic qui n’avait plus levé les bras depuis son formidable Tour de France 2017.

Si Benjamin Thomas ne pourra étrenner son maillot de champion de France du contre-la-montre sur le prochain Tour de France, on devrait voir souvent à l’attaque celui de Warren Barguil. Véritable attaquant dans l’âme, le Breton de 27 ans devrait porter bien haut les couleurs de la France. Avec une victoire d’étape en bleu-blanc-rouge? La réponse dans 21 étapes!

Nicolas Inizan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.