Roger Federer, Roland Garros 2019, Simple Messieurs, 1er Tour, Photo : Corinne Dubreuil / FFT

À 37 ans, Roger Federer continue de lever les foules sur le circuit avec un jeu détonnant et un capital sympathie presque devenu légendaire. Après 3 années passées loin de la terre battue de Roland-Garros, le Suisse a signé hier son grand retour porte d’Auteuil pour le plus grand plaisir de ses fans. Mais pourquoi revenir aujourd’hui après tant d’années d’absence ? Le maître ne serait-il pas en train de tirer sa révérence…

Se dire qu’un jour Roger Federer ne sera plus présent sur le court est une sorte de déchirure, tant parce qu’il a marqué ce sport de son empreinte, indélébile. 101 titres remportés, 28 Masters 1000, 20 Grand Chelem et une Coupe Davis… bref une sacrée carrière ! Et il est facile de voir à quel point il séduit les aficionados de Tennis, rien qu’en regardant le nombre de personne présente lors d’un simple entraînement, samedi dernier, avant son premier tour à Roland-Garros. RF fédère, rassemble, impressionne, provoque des émotions depuis bientôt 20 ans. Il garde toujours cette même passion, cette même envie, cette même excitation comme ce gamin de 19 ans qu’il était sur le gazon de Wimbledon, un certain 3 juillet 2001. Ce jour-là, les fins connaisseurs de la balle jaune le savaient, une star était née. Une idole pour la plupart des joueurs, un adversaire à battre pour d’autres. Face à Pete Sampras, Roger venait sans réellement le savoir, de commencer à écrire ce qui va être l’une des plus belles histoires et carrières de ce sport.

Roland-Garros : de la sueur et des larmes

18 ans plus tard, le voilà donc revenu sur le Philippe Chatrier, là où il a connu tant d’émotions. Là où, il a tout essayé mais en vain, pour battre à plusieurs reprises le Roi de la terre battue, certainement son plus grand rival mais aussi un ami : Rafael Nadal. On pensait même que ce grand champion n’allait jamais pouvoir remporter Roland tant l’Espagnol dominait son sujet mais finalement, il y a 10 ans, une éclaircie est apparue à travers les nuages. En 2009, Roger décrochait enfin son premier sacre sur la terre battue parisienne face au Suédois Robin Söderling. Ce dernier avait, en quelque sorte, “mâché” le travail du Suisse en sortant en huitième, un Rafa diminué et battu pour la première fois dans son jardin… Coup de tonnerre cette année-là donc où Federer rejoignait le cercle très fermé des joueurs ayant remporté les 4 tournois du Grand Chelem. Une consécration quand on sait que la terre battue n’était pas sa surface de prédilection. Cette dernière fatigue les organismes et ne favorise pas le jeu rapide, qui est l’une des principales caractéristiques du jeu de Roger.

Au fil des ans, il se sera battu pour honorer son rang dans ce Grand Chelem mais avec l’âge, il a fallu faire un choix. A 34 ans, le Suisse n’avait pas d’autres options que d’écarter Roland-Garros de son calendrier pour se concentrer sur les 3 autres tournois majeurs, là où il avait encore une chance de tirer son épingle du jeu face à la montée grandissante d’une jeunesse prête à tout, pour le pousser hors de son piédestal. Il fut récompensé à 3 reprises en remportant à nouveau l’Open d’Australie en 2017 et 2018 et en étant sacré là où tout à commencé, son jardin à lui: Wimbledon en 2017. Un retour au sommet inattendu voire inespéré pour le Suisse que tout le monde voyait en fin de cycle, proche de rendre les armes…

“Roger ne t’en va pas !”

Il est vrai que la question peut se poser. Et si Roger était en train de déguiser sa sortie, de masquer sa fin de carrière pour ne pas rendre triste ses milliers de fans qui prient chaque année pour que le Suisse retourne de plus belle sur les courts, raquette en main et bandeau serré sur le front. Revenir aujourd’hui à Roland, pourrait être synonyme de tournée d’adieux pour lui. On se demande vraiment s’il est revenu parce qu’il se sent mieux physiquement ou parce que tout simplement, il ne pouvait annoncer la fin de sa carrière sans avoir foulé une dernière fois la terre battue du Philippe Chatrier.

Interrogation donc sur son avenir, on ne sait pas ce que Roger va décider à la fin de la saison même si pour nous, il est difficile d’imaginer le circuit actuel sans lui. Après-tout, il n’est pas immortel, infatigable, indétrônable comme on le pense même si on aimerait bien le voir prolonger le plaisir encore quelques années à nos côtés. Mais ce qui est sûre, c’est qu’il y aura un après Roger Federer : la fin d’une époque, la fin d’un jeu qui aura révolutionné le tennis et qui aura su passionner et forger des destinées. Et rien que pour ça, Roger, tu mérites un grand “MERCI”… et pourquoi pas un dernier Grand Chelem, histoire de clôturer parfaitement le bal.

L’histoire n’est pas encore terminée pour Roger Federer ! A 37 ans, le Suisse reste un enfant, passionné par les courts, excité à l’idée de disputer un énième tournoi du Grand Chelem et surtout déterminé à briller devant ses fans. Il laissera incontestablement un vide dans les années à venir. Mais pour le moment, profitons encore et toujours de sa présence sur le circuit et plus particulièrement à Paris. De toute façon, on le sait, il poussera jusqu’à 40 ans…

 

Lucas Courtin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.