Umaytry et Trona sont tous les deux des joueurs de Fortnite. Membres d’Adictus et de la 1ère line-up, ils ont accepté de répondre à nos questions ainsi que partager leur passion du gaming.

Pouvez-vous vous présenter ?

Umaytry : Moi c’est Maxime, j’ai 25 ans. Je suis actuellement en master en économie quantitative. Cela fait maintenant 1 an que je joue à Fornite et autant de temps que je fais de la compétition sur le jeu. Depuis septembre 2018, je suis le capitaine de la première équipe d’Adictus. Je passe une quarantaine d’heures au travail et le reste du temps sur Fornite.

Trona : J’ai 18 ans et je vis à Marseille. Avant de me lancer dans l’eSport, j’ai passé un bac pro dans le design. Avant de me lancer dans Fornite, j’étais un joueur de H1Z1 mais désormais, je me consacre à Fornite. J’ai toujours été un fan de jeux vidéo et plus particulièrement de FPS. J’ai commencé à l’âge de 6 ans.

Depuis quand avez-vous rejoint Adictus ?

U : Depuis début septembre.

T : Fin septembre, début octobre.

Pourquoi Adictus ?

U : J’ai accroché avec Fornite. Je souhaitais trouver une structure qui correspondait à mes besoins. J’ai été convaincu par le projet Adictus. Les gérants avaient l’air sérieux et fiables. Je suis plutôt âgé par rapport à la moyenne de l’équipe du coup, je n’avais pas forcément les mêmes attentes, les mêmes critères. Au moment où on m’a testé, je testais moi aussi la structure. La maturité, l’encadrement du groupe pour savoir si oui ou non, une entente serait possible. Ayant joué dans d’autres structures, j’avais de quoi comparer. Ce que j’ai vu m’a convaincu.

T : Personnellement, c’est ma première expérience. J’ai essayé une team entre amis mais sans grand succès. Le projet et la gaming room de la Adictus m’ont convaincu. De plus, j’aime la compétition, je veux tout simplement être le meilleur joueur du monde. Cette structure est donc pour moi un moyen de parvenir à mes fins.

Quelles sont vos ambitions avec cette structure ?

U : Elles sont claires pour moi. Performer au niveau compétitif, rentrer dans le top 10 voire top 5 des structures françaises. Performer aux championnats du monde, annoncés en 2019. Faire en sorte que la structure augmente sa visibilité. Pour le moment, j’ai une sécurité financière à côté. Si je vois que la structure me permet de ne pas me retrouver dans une situation de précarité, alors pourquoi pas en faire mon métier. J’essaye de me fixer des objectifs à court terme. De ne pas brûler les étapes.

 T : Je souhaite vivre de ma passion. Mon but comme j’ai pu l’expliquer est d’être le meilleur builder du jeu.

Comment jugez-vous l’évolution du projet ?

U : Ça ne bouge pas trop au niveau de Twitter mais au niveau de la visibilité, ça a bien augmenté. Aujourd’hui nous sommes reconnus quand on va sur Discord* (expliquer). Ça fait plaisir d’avoir un peu de notoriété mais de manière globale, ce n’est pas encore suffisant. On ne fait pas encore de grosses audiences. Il faudrait au moins le triple. Concernant le gaming, le niveau de tout le monde évolue. Pour être performant il faut évoluer plus vite que les autres. C’est difficile de juger si c’est le cas actuellement. Je l’espère en tout cas.

T : Je trouve que l’évolution est positive. De mon côté, le stream m’apporte un plus. Les gens me reconnaissent. C’est un début !

 In-game

Qui est le meilleur constructeur de l’équipe ?

 U : Trona, sans hésiter. Il s’entraine pour ça et c’est sa spécialité.

 Le meilleur shooter ?

: J’ai envie de dire Previous. Pirax n’est pas très loin.

Le plus gros trainer du groupe ?

U : Trona et moi. On a surement la plus grande motivation, le plus d’envie.

Votre plus grosse partie ?

: 24 kills mais ce n’est pas mon intérêt premier. Epic Games a adapté le jeu pour les plus nuls. Pour que tout le monde puisse faire des kills et « s’amuser ». Ils ont une politique pour que le jeu fonctionne avec des nouveautés constantes et que les joueurs ne s’ennuient jamais. Ce n’est pas dans l’intérêt des compétiteurs mais je pense que l’on ne prendrait pas autant de plaisir à jouer que contre des joueurs forts. C’est un mal pour un bien.

T : 25 kills pour moi !

Si vous avez manqué l’épisode 1, l’épisode 2 ainsi que l’épisode 3, cliquez sur les liens bleus !

Total
10
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.