Le triomphe d’Egan Bernal à Paris.

Le Tour de France 2019 a donné ses derniers coups de pédales hier soir avec la victoire de Caleb Ewan sur les Champs-Elysées. Une très belle page de l’histoire de la Grande Boucle a été écrite, notamment grâce au talent et au panache de Julian Alaphilippe et Thibaut Pinot. Mais au final, c’est Egan Bernal qui remporte ce merveilleux Tour de France, devançant son coéquipier Geraint Thomas et Steven Kruijswijk. Voici ce qu’il faut retenir de cette cuvée 2019.

Bernal, comme une évidence?

Placé parmi les favoris au début du Tour de France, le Colombien n’a pas déçu. Vainqueur de Paris-Nice et du Tour de Suisse cette année, le petit grimpeur de l’équipe Ineos a su tirer profit de la solidité de son équipe (il n’a jamais quitté le top 7 du classement général depuis la 2ème étape) et d’une troisième semaine montagneuse pour triompher. Dans un rôle de co-leader avec Geraint Thomas, le vainqueur sortant, Egan Bernal s’est montré patient avant de démontrer sa supériorité et sa fraîcheur dans les forts pourcentages. Sur ce Tour de France, seul Thibaut Pinot a semblé le concurrencer dès que la pente s’élevait. Alors qu’il avait fini 16ème l’année dernière pour son premier Grand Tour, après avoir beaucoup travaillé pour Froome et Thomas, son heure de gloire a déjà sonné. A 22 ans, il devient le plus jeune vainqueur d’après-guerre de la Grande Boucle. Un exploit incroyable pour celui qui ne devait même pas participer à cette édition 2019. Prévu comme leader sur le Giro, il s’est fracturé la clavicule quelques jours avant le départ et a profité du forfait de Froome pour se faire une place de choix dans son équipe. Avec le résultat que l’on connaît. Le début de l’ère Bernal est-elle lancée?

Geraint Thomas et Steven Kruijswijk entourent Egan Bernal sur le podium final du Tour de France 2019.

Les trois semaines de folie d’Alaphilippe

On l’attendait en chasseur d’étape et en électron libre, on l’a vu en véritable patron. Vainqueur de la 3ème étape à Epernay, le coureur de Deceuninck-Quick Step en a profité pour se parer de jaune. Après avoir cédé sa précieuse tunique deux jours à Ciccone, le meilleur grimpeur du Tour de France 2018 s’est de nouveau hissé en haut du classement grâce à son attaque à la Planche des Belles Filles. Impérial vainqueur du chrono individuel, Julian Alaphilippe a accentué son avance en prenant la deuxième place au sommet du Tourmalet, derrière Pinot. Mais la course dure trois semaines et le Français a fini par payer sa débauche d’énergie des deux premières semaines. Davantage à la peine au-dessus de 2000 mètres d’altitude, le numéro 1 mondial a concédé peu à peu du terrain. Avant de céder face à Bernal lors de la 19ème étape. Lâché lors de l’ultime étape montagneuse menant à Val Thorens, le natif de Saint-Amand-Montrond a jeté les dernières forces qui lui restaient pour s’accrocher au top 5 final. S’il ne remportera pas ce Tour de France, Alaphilippe a rendu cette compétition magnifique et a su faire lever les foules. Désigné super combatif, il n’est pas près d’oublier cette 106ème édition. Avec 2 victoires d’étape et 14 jours en jaune, le meilleur puncheur du peloton tentera-t-il de se préparer spécifiquement pour le classement général l’année prochaine? Quoi qu’il en soit, à 27 ans, sa notoriété n’a pas fini de grandir.

Julian Alaphilippe nous a fait rêver et a logiquement été nommé super combatif de ce Tour.

Une 19ème étape de folie

Du spectacle, du suspense, du soleil, de la dramaturgie. Autant d’ingrédients qui ont rendu ce Tour de France somptueux. La 19ème étape en est une parfaite illustration. Au lendemain de l’arrivée à Valloire, qui a vu la renaissance de Quintana et la montée en puissance de Bernal, les coureurs empruntent des routes montagneuses pour relier Saint-Jean-de-Maurienne à Tignes. Dès les premiers kilomètres, le premier coup de théâtre intervient. Alors qu’il occupe la 5ème place au classement général, Thibaut Pinot est à l’arrêt, la faute à une déchirure musculaire contractée deux jours plus tôt. Incapable de continuer, le grimpeur français est contraint à l’abandon. Egan Bernal, débarrassé de son principal adversaire dans la montagne, lâche alors les chevaux dans l’ascension du terrible Col de l’Iseran pour faire plier Alaphilippe et l’ensemble des cadors. Basculant en tête au sommet, le Colombien est arrêté par les commissaires lors de la descente. Les conditions météorologiques dantesques ont rendu impraticable la route menant à Tignes et l’étape est neutralisée. Les temps sont pris au sommet mais aucun vainqueur d’étape n’est désigné. Avec plus de deux minutes d’avance sur Alaphilippe, Egan Bernal prend les commandes du Tour de France. Une étape qui restera dans les annales. Le lendemain, la 20ème étape est quant à elle raccourcie, ne faisant plus que 59,5 kilomètres et se résumant presque exclusivement à la montée vers Val Thorens.

Durant trois semaines, nous avons vibré au rythme d’un Tour de France plein d’émotions et de passion. Et si à la fin c’est encore une fois l’équipe Ineos (ex-Sky) qui l’emporte, cette édition 2019 laisse augurer de très belles passes d’armes dans les prochaines années. Vivement 2020!


Les petits +

Quelques chiffres:

8 équipes vainqueurs sur 22 / 155 coureurs à l’arrivée sur 176 au départ / Avec un 7ème maillot vert, Peter Sagan efface Erik Zabel des tablettes et établit un nouveau record.

Les maillots distinctifs:

Général: Egan Bernal / Points: Peter Sagan / Montagne: Romain Bardet / Jeune: Egan Bernal / Equipe: Movistar / Super combatif: Julian Alaphilippe.

Nicolas Inizan

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.