Après s’être présenté en septembre dernier, Baptiste Blasco répond de nouveau à nos questions pour évoquer sa prochaine course, son prochain objectif, la mythique course du Roc d’Azur. 

Le 1er septembre dernier, nous nous sommes rencontrés pour évoquer le projet TRT Cycle. Depuis, tu as participé aux 24h de Touraine. Pour commencer, peux-tu nous faire un résumé de la course ? Tes sensations, les points positifs, négatifs. 

C’était la 1ère course de la saison 2019/2020. Malheureusement, ça ne s’est pas passé comme prévu. Le chalenge était osé pour une première, puisque l’objectif était de réaliser une course de 24h en solitaire. Le staff était composé de Nicolas et Florian, qui ont parfaitement assuré l’intendance. Avec Pauline, ma préparatrice physique, nous avions mis en place la stratégie de course en amont. Nous montons notre structure le samedi matin pour un départ à 14h.

14h, c’est le top départ. Tout se passe pour le mieux, puisqu’au bout de 2h30 de course, je prends ma première pause. Nicolas et Florian m’annoncent que je suis dans les 5 premiers. Je repars en étant bien physiquement et dans la tête au top. Malheureusement, au bout de 4h30 de course, une vive douleur apparait derrière la cuisse droite. Je m’arrête et nous en discutons avec le staff sur place, et Pauline à distance. Un début de déchirure est envisagé. Je prends donc, avec regret, la décision de stopper la course pour ne pas mettre en péril le reste de la saison.

Lors de notre premier échange, tu m’avais expliqué être une personne qui aime « se mettre à l’envers et tout donner ». Cela n’a pas été trop dur de stopper la course ?

Si, bien sûr ! J’ai pris le temps d’en parler avec le staff, d’appeler ma préparatrice physique, mon père … Les personnes avec qui je travaille sur le projet. C’est une décision qui s’est finalement prise en équipe. Même si le choix final me revenait puisque j’étais le seul à pouvoir juger de l’état dans lequel j’étais.

Dans quel état d’esprit es-tu rentré de cette épreuve ?

Les premières heures, après mon abandon, ont été longues puisque tu continues à voir les autres rouler. Mais très vite, il faut passer à autre chose, en tirer les enseignements. Et ils furent nombreux.

“Nous allons revoir la préparation physique”

 

Suite à ta blessure, tu as décidé de revoir ton planning, tes objectifs, étoffer ton équipe. Peux-tu nous en dire plus sur les nouveautés à venir ?

Au-delà de la blessure, c’est le week-end en lui-même qui m’a apporté. Cela a mis en avant énormément de choses. J’ai pu prendre conscience que commencer par des 24h en solo était plus qu’ambitieux. C’est pour cela que j’ai décidé de changer le calendrier de ma saison pour me donner cet objectif principal : finir ma saison 2019/2020 en ayant terminé des 24h en solitaire.

L’objectif n’étant pas le même, le calendrier à forcément évoluer pour intégrer des 6h et des 24h par équipe, pour finir sur une course de 24h en solo. Pour se faire, nous allons revoir la préparation physique. Pauline travaille dessus et je lui fais confiance pour m’amener à l’objectif final. Concernant le staff, j’ai effectivement décidé de l’étoffer. Pour se faire, Nicolas m’accompagnera sur les courses afin que je puisse me concentrer uniquement sur l’aspect vélo lors de ces dernières.

Pauline, s’occupera de la préparation physique, que ce soit sur l’aspect vélo ou renforcement musculaire et aura son rôle à jouer au niveau de la préparation mentale. Ces 24h m’ont aussi permis de voir qu’un kiné serait le bienvenu dans le staff que ce soit avant, après ou pendant les courses. C’est pour cela que nous sommes à la recherche d’un kiné qui serait prêt à me suivre tout au long de l’année ou pourquoi pas une personne issue d’une école de kiné.

Le 13 octobre prochain, tu participes au Roc d’Azur. Peux-tu nous parler de cette course et de tes ambitions ?

Le Roc d’Azur est LA course de VTT en France. Le plus gros rassemblement de vététiste de l’année. Cela représente plus de 200 000 personnes (coureurs et spectateurs confondus). Cela sera ma deuxième course de cette saison 2019/2020 et forcément j’ai l’envie de bien faire. Bien faire parce que la dernière course ne s’est pas passée comme prévu.

Mais aussi parce que je pars sur cette épreuve avec mon père. Pour lui ce sera la 10ème participation. Pour moi, l’occasion de participer à une course mythique dont j’entends parler depuis des années. Je me suis préparer pour être au mieux pendant cette course donc, maintenant, c’est à moi de jouer, de tout donner et de prendre un maximum de plaisir !

 Quels membres de ton équipe vont t’accompagner ce jour-là (demain) ?

Comme je l’ai expliqué, je pars sur le Roc d’Azur avec mon père. Mais il ne faut pas compter sur lui pour faire mon intendance. Il sera là pour tout donner lui aussi. Et pour ça je lui fais confiance.

Baptiste bonne chance. On attend ton retour avec impatience !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.