Pour cette édition estivale de la CAN 2019, les favoris sont nombreux. Notre présentation de la compétition vous mettait déjà au jus quant à la teneur de la compétition. Pour le 1ère fois de l’histoire, la CAN se disputera donc en été. Ce sont ainsi 24 équipes qui tenteront de régner sur le continent. Avant le match d’ouverture opposant l’Égypte au Zimbabwe (22h00, beIN Sports 1), zoom sur les équipes pouvant aller au bout d’une compétition qui s’annonce extrêmement disputée.

L’Égypte et le Sénégal au-dessus de la mêlée

Peut-il en être autrement ? Finaliste de la dernière CAN et pays hôte, l’Égypte est le favori numéro 1 à la victoire finale. 7 fois vainqueurs de la compétition, record absolu, les Égyptiens connaissent la CAN mieux que personne. Certes, depuis 2010, le don du Nil n’a pas réussi à remporter cette compétition. Mais cette année pourrait bien être la bonne. Sous l’égide de Javier Aguirre, l’Égypte a su se relever de la dernière Coupe du monde lamentablement échouée avec 3 défaites en poules. Développant un jeu plus offensif et libéré, le pays hôte pourrait être difficile à arrêter. L’Histoire nous apprend également que lors des 4 éditions organisées par les Pharaons, 3 fois ces derniers sont sortis vainqueurs. Seul le Zaïre, en 1974, avait réussi l’exploit de les détrôner chez eux.

Surtout, l’Égypte pourra compter sur un Mohammed Salah en grande forme. Contrairement au dernier mondial, où l’on sait que le Red était arrivé diminué physiquement à la suite de la blessure contractée en finale de C1 face au Real, l’ancien joueur de la Fiorentina a appris de ses erreurs. Tout juste auréolé d’une victoire en Ligue des Champions avec Liverpool, sa confiance sera également optimale au moment d’aborder la compétition. Tant de raisons, donc, pour lesquelles l’Égypte ne peut que viser la victoire finale.

Mais Mohammed Salah et les siens devront également faire face à une opposition qu’on a rarement connu aussi dense. Notamment, c’est le Sénégal de son coéquipier en club Sadio Mané qui devrait être l’obstacle le plus difficile à surmonter. Les Lions de la Teranga chercheront à mettre fin à une anomalie dans l’Histoire : le Sénégal n’a jamais remporté la moindre CAN. Plus encore, il n’a été finaliste qu’une seule fois, en 2002. Sous la directive d’Aliou Cissé, le Sénégal a cependant montré de nombreuses qualités.

Pour espérer remporter un premier titre continental, la formation d’Afrique de l’Ouest pourra compter sur un sacré effectif bien fourni à toutes les lignes : Edouard Mendy dans les buts, Kalidou Koulibaly en défense, Idrissa Gueye au milieu ou encore Ismaïla Sarr, Mbaye Niang et Balde Keita en attaque. Sans oublier l’excellent Sadio Mané, bien décidé à semer le trouble dans la course au Ballon d’Or. Vainqueur de la C1, le Red marquerait dans ce cadre de très gros points en cas de compétition réussie. Et de victoire finale. Oui, la 1ère nation africaine au classement FIFA possède sans doute l’effectif le plus fourni de la compétition. Pour Aliou Cissé, « le Sénégal n’a jamais été aussi proche d’un sacre continental ». En tout cas, nul doute que comme l’Égypte, le Sénégal apparaît comme le favori le plus légitime pour aller au bout d’une compétition qui le fuit.

Coéquipiers étincelants à Liverpool, Mané et Salah seront adversaires le temps d’une compétition

Des outsiders à la lutte

Il s’avère toutefois que rarement une Coupe d’Afrique n’aura opposé autant d’équipes de haut niveau. Si le Sénégal et l’Égypte font figure de favoris légitimes, derrière eux de nombreuses nations pourraient bien réaliser une grande compétition. À ce jeu-là, le Maroc semble tirer légèrement son épingle du jeu. Bien que décevants lors des dernières compétitions internationales, les Lions de l’Atlas possèdent un groupe fort. Le dernier mondial en a été la preuve. Au sein d’un des groupes phares, le Maroc n’a pas démérité et aurait même mérité meilleur sort face à l’Espagne ou au Portugal. Menés par un Hakim Ziyech auteur d’une saison fabuleuse avec l’Ajax, le groupe d’Hervé Renard possède plus d’une arme redoutable.

Avec des joueurs comme Hakimi, Boufal ou Mazraoui, le Maroc possède une touche technique indubitablement au-dessus de la moyenne. Et peut-être même la meilleure de la compétition. Surtout, la présence du Français apporte une expérience incontestable. Déjà double vainqueur de la compétition (Zambie 2012 et Cote d’Ivoire 2015), le natif d’Aix-les-Bains pourrait bien apporter ce plus qui fera la différence. Et remporter une compétition qui lui échappe depuis 1976.

Auteur d’une grande saison avec l’Ajax, Hakim Ziyech sera l’homme fort du Maroc lors de cette CAN

Le constat pourrait être identique pour l’Algérie. Bien qu’instables (8 sélectionneurs en 7 ans), les Fennecs possèdent en leurs rangs une escouade offensive impressionnante. Aux côtés des expérimentés Riyad Mahrez, Sofiane Feghouli, Yacine Brahimi ou Aissa Mandi, des petits nouveaux poussent à la porte. On pense à Youcef Atal, brillant avec Nice cette saison, ou le milieu d’Empoli Ismael Bennacer. Le problème d’instabilité réside cependant toujours, à l’instar des phases qualificatives où les Algériens ont oscillé entre beau jeu et frayeurs. Mais avec des joueurs de cet acabit, l’Algérie pourrait bien surprendre tout le monde. Et faire de Djamel Belmadi, sélectionneur à la main de fer, le héros de la nation.

Enfin, le Nigeria pourrait également tirer son épingle du jeu. Après 2 absences consécutives de la compétition, les hommes de Gernot Rohr, vainqueurs en 2013, font leur grand retour dans une compétition qui leur sied. Avec 13 podiums dans cette compétition, les Super Eagles ne se ratent que rarement dans des CAN. Plus encore, dans un groupe B largement à leur portée (Guinée, Madagascar, Burundi), les Nigérians auront le luxe de pouvoir démarrer doucement. L’occasion pour un groupe rajeuni (Samuel Chukwueze, Alex Iwobi, Samuel Kalu et Henry Onyekuru notamment) de faire parler de lui. Non sans compter sur l’aide de vieux briscards comme Obi Mikel ou Ahmed Musa. Ce mélange entre jeunesse et expérience pourrait bien être l’une des forces de ce Nigeria retrouvé.

Des historiques en perdition

Enfin, derrière ces nations se trouvent les monstres perdus : le Ghana, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Mali. Hormis le Mali, les 3 premiers cités comptent pas moins de 11 titres glanés dans la compétition. Pourtant, les placer en favoris relèverait de l’absurde aujourd’hui. En effet, la Côte d’Ivoire, d’abord, est rentrée dans le rang. Depuis la fin de cycle de la génération menée par Didier Drogba et Yaya Touré, les Ivoiriens connaissent une grande instabilité. Pourtant, l’équipe actuelle est composée de jeunes talents. Comment ne pas citer Nicolas Pépé, attaquant de Lille qui sort d’une saison de haute volée ? Derrière lui, Maxwell Cornet ou encore Wilfried Zaha pourraient bien permettre dans les années à venir de replacer la Côte d’Ivoire au sommet du football africain. Malheureusement, l’absence d’Eric Bailly en défense devrait leur être très préjudiciable. En tout cas, les hommes d’Ibrahim Kamara auront fort à faire pour effacer la déception de la dernière CAN au Gabon.

Depuis les départs à la retraite de Didier Drogba et Yaya Touré, la Côte d’Ivoire peine à retrouver sa place de leader du football africain

Le constat est sensiblement le même pour le Cameroun. Tenants du titre, les Lions Indomptables sortent pourtant de deux années extrêmement compliquées. Les hommes de Clarence Seedorf, menés par un Onana très bon, sont également privés de Joel Matip et de Vincent Aboubakar, deux piliers de la sélection. Surtout, les problèmes de gestion en interne posent d’immenses problèmes à des joueurs qui ont même menacé de boycotter cette CAN si leur prime de participation ne leur était pas versée. Un climat tumultueux, donc. Mais le Cameroun a aussi l’habitude de se surpasser lors des grands rendez-vous. Cela tombe bien, car il faudra au moins cela pour permettre aux Lions de réaliser la surprise.

Cette Coupe d’Afrique des Nations promet un spectacle incroyable. Rarement le continent africain n’aura été le porteur de nations au niveau aussi homogène. Toutefois, le Sénégal ainsi que l’Égypte devraient jouer des coudes pour s’attitrer le titre de champion d’Afrique. En tout cas, certaines rencontres s’annoncent explosives et devraient porter toutes leurs promesses. Rendez-vous ce soir pour le début d’une compétition rarement aussi alléchante que cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.