La connaissance de soi est la clef de la réussite

De plus en plus présentes dans le sport, la sophrologie et la préparation mentale restent des disciplines méconnues et encore peu valorisées aux yeux du grand public. Pourtant, nombreux athlètes et clubs l’utilisent. En perpétuelle évolution, elles sont souvent oubliées lorsqu’on parle de perfectionnement individuel. Elles ne sont à ne négliger sous aucun prétexte et font partie intégrante de l’accès au plus haut niveau aujourd’hui.

Derrière ces mots un peu barbares, une petite définition s’impose : « La sophrologie est une méthode psychocorporelle utilisée comme technique thérapeutique ou vécue comme une philosophie de vie. Le terme SOPHROLOGIE, inspiré du grec ancien (sôs : harmonieux; phren : l’esprit; logos : science), signifie étude de l’harmonisation de la conscience. Méthode exclusivement verbale et non tactile, la sophrologie emploie un ensemble de techniques qui vont à la fois agir sur le corps et sur le mental. Elle combine des exercices qui travaillent à la fois sur la respiration, la décontraction musculaire et l’imagerie mentale (ou visualisation). Toutes ces techniques permettent de retrouver un état de bien-être et d’activer tout son potentiel. La sophrologie permet d’acquérir une meilleure connaissance de soi et d’affronter les défis du quotidien avec sérénité. »

Les bases sont posées. A présent, il est nécessaire de comprendre comment s’articulent ces deux disciplines. Pour cela, Fritznel Guerrier, Sophrologue certifié RNCP et préparateur mental sportif, nous renseigne sur l’importance de son métier et ce qu’il apporte.

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Fritznel Guerrier. Je suis sophrologue et préparateur mental sportif. Perfectionniste de l’imperfection, j’accompagne les sportifs professionnels et amateurs sur la connaissance de soi et je les aide à travailler leur défauts et faiblesses. Je travaille également avec les adolescents sur les problématiques dues aux changements physiologiques de cet âge.

Quel a été ton parcours sportif ?

J’ai joué au basket. Essentiellement entre le niveau départemental et Nationale 3.

En quoi consiste exactement ton métier ?

Je suis dans une méthode de développement personnel qui vise à réunifier le corps et l’esprit. Au travers de différentes techniques de sophrologie comme la visualisation, la métaphore ou l’hypnose. Le but étant de donner des outils pour que l’athlète devienne autonome et puisse gérer au quotidien ces problématiques. Evidemment, si certains aspects du suivi dépassent mon champs de compétences, je le redirigerai vers un professionnel adapté (médecin, psychologue, psychiatre). A aucun moment, cela ne peut remplacer la médecine.

Comment vois-tu ton métier ?

Je pense sortir des standards ou appellations telles que coach ou thérapeute. Je peux toucher un public plus en phase avec ma vision de la vie. Dans la connaissance de sa nature profonde. Au dépassement de soi. Mon épanouissement, je le vois au travers de trois axe. Le premier, c’est garder un esprit ouvert. Le second, faire des conférences et le 3ème, c’est le mentoring*.

Dans quel cas quelqu’un serait amené à te consulter ?

Plusieurs cas. La préparation mentale du sportif, la préparation à un événement comme un examen ou un entretien,  la gestion des émotions, du stress et la connaissance de soi.

Est-ce une technique qui fonctionne à 100%

Tout dépend de ce qu’on appelle 100%. Il y a plein de paramètres qui entrent en compte dans le système de communication de l’individu. Et surtout si lui même désire aller mieux. Cependant, s’il y avait un truc dont je peux dire que ça marche à 100%, ça serait les techniques de relaxation (respiration, Schultz, Jacobson).

Qu’apportes-tu exactement à un sportif ? As-tu des exemples à donner ?

Une meilleure connaissance de soi. Déjà dans son mode de communication sensorielle, dans l’apprentissage, la reconnaissance des éléments déclencheurs, la contre performance et inversement, une meilleure gestion du stress et son importance dans la performance. Et bien évidemment des outils pour savoir se relaxer avant, pendant et après. C’est très rapide à mettre en place pour mieux dormir et faire redescendre son stress lorsqu’il est important. La respiration au carré : vider complètement ses poumons et prendre une grande inspiration sur 4 temps / retenir sur 4 temps puis souffler sur 4 temps et rester en rétention sur 4 temps également. A faire 3 fois. Une fois terminée, reprendre une respiration dite normale et se connecter à ses ressentis.

Quels sont les sportifs qui te demandent le plus ?

Je n’ai pas de discipline qui ressort plus qu’une autre pour le moment. J’ai déjà eu des athlètes, arts martiaux, tennis, football, basketball, escrime, pentathlon. C’est assez varié. Par contre, c’est une majorité de sport individuel qui ressort.

Clémence Reboisson : pentathlon moderne

Comment se déroule un rendez-vous ?

Le premier rendez-vous peut être un peu plus long qu’1h30. Mais les suivants durent entre 45 minutes et 1h. Il y a toujours en première partie un temps de parole et d’échange avec la personne. Ensuite les techniques et on termine sur un dernier temps de retour la séance et l’entraînement personnel à effectuer.

Connais tu des grands sportifs ayant recours à ce que tu fais ?

Déjà, Yannick Noah à l’époque. C’était méconnu comme pratique. Maintenant il y a d’autres grands noms comme Novak Djokovic, Teddy Riner, Jo-Wilfried Tsonga, Ladji Doucoure. Après, en France on a du mal à assumer l’aide extérieure pour performer. On utilise encore peu la préparation mentale, la sophrologie et l’hypnose.

Est-ce des fois un sophrologue a lui aussi besoin d’un sophrologue pour progresser ?

Personnellement, je pense que dès lors où tu fais des métiers d’accompagnement, il est toujours intéressant d’avoir des moments pour se retrouver que ce soit avec de la sophrologie ou toute autre méthode plus adaptée. J’aurais plus tendance à voir un coach ou un hypnothérapeute.

L’important pour le préparateur mental et sophrologue est donc d’apporter au sportif des connaissances nouvelles. Un plan de réflexion lui permettra de mieux se connaître pour être plus performant et régulier dans la performance. A travers l’imagerie mentale notamment. Par exemple, avant de commencer une course, le skieur se construit un plan mental, il visualise son parcours et crée une série d’images qui vont lui permettre d’aborder au mieux sa course. Intervient alors toutes les dimensions sensorielles. A partir de là, le sportif entre dans une routine de concentration qu’il répétera automatiquement à chaque événement, l’aidant considérablement dans sa préparation et plus globalement dans la gestion de sa carrière. Il est aussi important de se fixer des objectifs, des cibles à atteindre qui vont engager la persévérance, la motivation et la créativité. Ces cibles doivent être réalistes, évaluables, ré-évaluables et cohérentes sur du court ou du long terme. Accepter l’échec est primordial car accepter de se tromper implique de se donner les moyens d’avancer et de réussir.

La sophrologie combinée à la préparation mentale s’avère donc plus que primordiale puisqu’elle propose un programme adapté à chaque individu. A lui de se servir de ces clefs pour évoluer.

*Le mentoring ou mentorat désigne une relation interpersonnelle de soutien, une relation d’aide, d’échanges et d’apprentissage dans laquelle une personne d’expérience, son mentor, offre sa sagesse acquise et son expertise dans le but de favoriser le développement d’une autre personne.

Site internet : http://www.sophrologue-guerrier.fr

Page Facebook : Sophrologue & Préparateur mental – F. Guerrier

Mathieu Berujeau

Total
113
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.