La Championnat du monde de Rallye (WRC) a toujours été de manière caricaturale la vitrine du « cousin pauvre » de la Formule 1. Moins glamour, moins d’argent, moins de stars (quoi que ?) mais aussi moins d’évolution, le WRC s’apprête pourtant à entamer une sérieuse mue.

Objectif zéro émission ?

Non, il ne faut pas rêver, en matière de sport mécanique, la zéro émission reste comme dans beaucoup de domaine de l’ordre de l’utopie. Toutefois, le projet de limiter l’impact écologique du WRC est clairement envisagé dans les couloirs de la FIA, porté par son responsable : Yves MATTON. Dans les grandes lignes, le projet consiste à rendre le WRC plus propre tout en conservant le niveau de compétitivité actuel et sans explosion des budgets et grande révolution en ingénierie. De ce fait, il ne faut pas s’attendre à de réels changements visibles pour les spectateurs. Le projet dispose à ce jour d’un cadre mais aussi d’une date : celle de l’horizon 2022

A quoi s’attendre ?

La solution envisagée pour répondre à l’ensemble des critères semble donc tout indiqué : l’introduction de la motorisation hybride. Celle-ci aura le mérite de conserver les performances et de limiter comme souhaité les émissions du WRC. Si ces motorisations demandent plus de travaux d’ingénieries, la FIA semble confiante quant aux capacités des constructeurs à introduire les moteurs hybrides sans hausse phénoménale des budgets. Si ce cadre peut paraître restrictif, il semble séduire de nouveaux constructeurs discrets, mais attentifs aux évolutions du règlement en vue d’une éventuelle entrée en WRC.

2022 semble donc être la date de la prochaine grande mue du WRC. Peu de changements visuels mais une volonté de rendre ce sport propre. D’en faire l’un des sports les plus proche de la nature et de l’environnement. De quoi faire une belle affiche et de réconcilier écologie et sport mécanique.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.